France : +33663393793 - Dubai : +971554166150 contact@menkor-aviation.com

Comme celui de 2018, le salon EBACE (European Business Aviation Convention & Exhibition) 2019 fera date dans l’engagement de l’aviation d’affaire en faveur de l’utilisation des biocarburants.

Nous y étions ! Et nous nous sommes réjouis de voir ces 21 avions convoyés jusqu’au salon par du carburant alternatif (« SAJF », comme « Sustainable Alternative Jet Fuel »)

Du bimoteur à piston diesel à l’ultra long courrier, Praetor 600 et Falcon 900LX pour ne citer que ceux qui se sont fait le plus admirer, tous avaient du carburant alternatif dans leurs réservoirs.

Mais c’est quoi au juste ce « biocarburant » ?

Pour fabriquer le SAJF, les molécules de biocarburants sont mélangées au jet A à base de kérosène, dans un rapport pouvant aller jusqu’à 50/50. Le biocarburant est raffiné à partir de diverses matières premières renouvelables, comme de l’huile de cuisson usagée et des déchets agricoles.

Contrairement au carburant d’origine fossile, le biocarburant SAJF ne contient pas d’impuretés. Il s’agit donc d’un carburant plus propre, produisant moins de dioxyde de soufre, moins de particules et, plus important encore, beaucoup moins d’émissions de gaz à effet de serre. Les émissions de CO2 provenant de ces biocarburants sont en effet recyclées dans les matières premières, naturelles et renouvelables, qui les composent.

D’un point de vue performance, aucune différence : comme avec un carburant classique, vos moteurs peuvent user de toute leur puissance, avec le biocarburant.

Tous les moteurs des avions actuels sont compatibles avec ce biocarburant.

On en est où ?

En attendant des avancées significatives dans l’optimisation des trajectoires et l’émergence d’avions plus électriques et de propulsions hybrides, consommant 15 à 20% de moins que les avions de la génération précédente, le recours aux biocarburants reste le meilleur moyen d’atteindre les objectifs que s’est fixés l’industrie aéronautique : réduction de moitié les émissions de carbone d’ici 2050 par rapport à 2005.

On attend avec impatience la prochaine étape, à savoir la mise en place d’un système de production industrielle. Elle permettra d’assurer la distribution de carburants alternatifs à l’échelle de la planète et à un prix compétitif par rapport à celui du kérosène. En effet le biocarburant reste encore très cher, avec un coût de production cinq à six fois supérieur à celui du kérosène.

Et ça avance !

En collaboration avec KLM, SkyNRG, leader mondial des carburants d’aviation durables (SAF), développera la première usine européenne dédiée à cette production. L’installation sera spécialisée dans la production de SAF, de bioLPG et de naphta, en utilisant principalement la matière première issue des flux de déchets et de résidus régionaux.

« Je suis fier de notre collaboration avec SkyNRG et SHV ​​Energy pour lancer un projet visant à développer la première installation de production européenne pour un carburant aviation durable », a déclaré Pieter Elbers, PDG de KLM. L’avènement de l’aviation « a eu un impact majeur sur le monde, offrant un nouveau moyen de rapprocher les gens. Ce privilège va de pair avec une responsabilité énorme envers notre planète ».

Et chez Menkor ?

Nous sommes complètement d’accord !

Passionnés par la haute-technologie, nous le sommes autant par les avancées significatives en matière d’écoresponsabilité, et particulièrement dans l’aviation d’affaire. C’est pourquoi nous utilisons ce carburant « bio » à la demande de nos clients et que nous le suggérons à la moindre occasion.

Nous referons le point à l’issue de l’EBACE 2020 !

D’ici là, bons bio-vols !